Grégoire de Narek

 

Saint-Grégoire est né dans la ville de Narek en environ 950 après J.C. Il était un moine, poète, philosophe mystique et théologien, né dans une famille d'écrivains. Il a reçu son éducation sous la direction de son père, l'évêque Khosrov, auteur du premier commentaire de la Divine Liturgie, et sous la tutelle  de Anania Vartabed, abbé du monastère de Nareg. Lui et ses deux frères entrent dans la vie monastique à un âge précoce.

 

A l'âge de 25 ans il  se consacre entièrement à Dieu et devient prètre, toujours à la recherche de la vérité. Il passe une grande partie de sa vie dans le monastères de Narek, où il enseigne à l'école monastique. Il se lance dans l'écriture avec un commentaire sur le "Cantique des Cantiques", sur la commande  d'un prince arménien. Malgré ses réserves qu'il était trop jeune pour la tâche, il écrit le commentaire qui est célèbre pour la clarté de sa pensée et de la langue, et son excellence de la présentation théologique.

 

Il a également écrit un certain nombre de lettres célèbres, sharagans, des odes, des mélodies, etc... Cependant, son poème intitulé "Livre de Lamentations", communément appelé "Narek", est considéré comme son chef-d'œuvre, dans lequel son génie est affiché. (Ce travail, publié en 1673 à Marseille, a été traduit dans 30 langues). Cette oeuvre, connue aussi comme "Le Livre de Prières", est décrite par saint Grégoire comme son testament: «Ses lettres qui sont comme mon corps, son message comme mon âme. " Il a appelé son livre une «encyclopédie de prière pour toutes les nations."  Son espoir était que son livre servirait  de guide de prière pour les gens de toutes les nations à travers le monde.

 

Saint Grégoire de Narek est considéré comme le plus grand poète de la nation arménienne et son premier et plus grand mystique. Son style d'écriture et sa maîtrise de la langue arménienne sont inégalés, et sa sainte personne a été une inspiration pour les fidèles arméniens pendant des siècles. La poésie de Saint-Grégoire est profondément biblique et est remplie d'images et des thèmes de l'histoire sacrée. Selon la tradition, de nombreux miracles ont été attribués à lui et il est dénommé «l'ange vigilant en forme humaine." Saint Grégoire est mort en 1003 après Jésus-Christ.

.