Nativité et la Théophanie de Notre-Seigneur (6 janvier)

 

 

« Quand Jésus est né à Bethléem, en Judée, au temps du roi Hérode, des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem, en disant: « Où est celui qui est né et qui sera le roi des Juifs? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer ». Et voici, l'étoile qu'ils avaient vue en Orient marchait devant eux pour les conduire jusqu’à l'enfant. Quand ils aperçurent l'étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison (c’est pas une étable ?), ils virent l'enfant avec Marie, sa mère ; ils se prosternèrent et l'adorèrent. Puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent de l'or, de l'encens et de la myrrhe »(Matthieu 2: 1-11).

 

L'Eglise arménienne célèbre la sainte naissance (Sourp Dznount) de Jésus-Christ le 6 Janvier. Dans la tradition arménienne, ce jour de fête commémore non seulement la naissance du Christ, mais aussi son baptême par Jean le Baptiste. Ce dernier est connu par la cérémonie appelée « Bénédiction de l'eau», qui suit la Divine Liturgie le 6 Janvier.

 

A la veille de la fête de la Nativité et de la Théophanie de Notre Seigneur Jésus-Christ, la messe de Djrakalouyts  (l'éclairage  des lampes) est célébrée en l'honneur de la manifestation de Jésus comme le Fils de Dieu (théophanie). Pendant cette cérémonie,  les fidèles tiennent  des bougies allumées.

 

Le lendemain, le mystère du baptême de notre Seigneur dans le Jourdain est rappelé par la cérémonie de la Tchourorhnék, ou la «bénédiction de l'eau."

Dans les temps anciens, cette cérémonie se déroulait au bord d'une  rivière ou de la mer, mais pour diverses raisons cette pratique a changé : elle a lieu désormais à l'intérieur des églises. Lors de la cérémonie, la croix est plongée dans l'eau, rappelant l'immersion du Christ dans le Jourdain. L'Huile bénite ou Saint Chrême (Méron), est versée dans l'eau d'un récipient en forme de colombe, symbolisant l'apparition du Saint-Esprit sous la forme d'une colombe lors du baptême du Christ où la voix du Père proclamait Jésus comme Son Fils.

 

Le Saint Chrême est préparé à Sainte Etchmiadzine et est béni par le Catholicos assisté des évêques. Le Méron contient de l'huile d'olive, le sapin baumier et des essences provenant  de quarante fleurs et d’herbes différentes. À la fin de la cérémonie, les fidèles reçoivent  de l'eau bénite à boire. .. Comme l'eau est essentielle à la vie ;;, boire de l'eau bénite symbolise la participation des fidèles à l’action du Christ, essentielle à la vie éternelle.

 

Pourquoi le 6 Janvier ?

 

Même à l'époque des Saints Apôtres, les traditions dans les églises chrétiennes établies dans différentes régions du monde n’étaient  pas uniformes. A cette époque l’on ne célébrait peut-être pas Noël. Plus tard, les mystères de la naissance et du baptême de Jésus-Christ ont commencé à être célébrés le 6 Janvier.

 

Depuis la fin du 3ème siècle Rome célèbre Noël le 25 Décembre, qui a coïncide avec une grande fête païenne. Les églises orientales, quant à elles, ont continué à fêter Noël le 6 Janvier. L'Eglise arménienne respecte encore cette tradition, alors que le monde chrétien de langue grecque s’est aligné sur la tradition latine à la fin du 4ème siècle.

 

Les fidèles sont encouragés à jeûner pendant la période de sept jours précédant le 6 Janvier. Ils sont appelés à leur tour à inviter leurs enfants à en faire autant afin de se préparer à fêter Noël. Le 5 Janvier, les familles doivent se rendre à l'église pour célébrer la Divine Liturgie, et le lendemain de cette veillée elles doivent également être présentes à l’église le matin du 6 Janvier.