Le Patriarcat Arménien de Jérusalem

 

Au cours des six premiers siècles du christianisme, les arméniens ont constitué une partie importante des milliers de moines qui vécurent dans le désert de Palestine. Ils venaient aussi comme pèlerins en caravanes pour visiter les Lieux Saints. Après sa victoire sur les Byzantins et son entrée à Jérusalem en 638 après J.-C., les arabes modifièrent la situation des Lieux Saints. Cette domination s’accompagna d’un statut souple d’état tributaire avec une liberté de religion et de culte. Ainsi, le calife Omeyyade Omar 1er (592 –644) accorda, par une charte datée de 638, des droits et des privilèges à l'Église Apostolique Arménienne, garantissant son intégrité et sa sécurité. Le patriarcat arménien fut ainsi confirmé sur la colline de Sion et un patriarche, nommé. Abraham 1er, fut le premier d’une longue lignée, pour administrer les biens des arméniens. Aujourd'hui, le Patriarcat possède dans la Bibliothèque du Monastère arménien Saint-Jacques de Jérusalem, deux firmans (privilèges écrits), attribués au prophète de l'islam, Mohammed et au Calife Omar, confirmant ainsi les droits des arméniens sur les Lieux Saints.

 

Grâce à la rénovation des routes et à l’amélioration des moyens de transport, le nombre de pèlerins atteignit le chiffre de 8 à 10 000 personnes par an. Pendant des siècles, l’accueil, l’hospitalité et le logement de ceux-ci firent partie de la vocation du patriarcat arménien de Jérusalem.

 

 

Aujourd'hui, le patriarcat reste une juridiction autonome de l'Église Arménienne en Terre Sainte. L'église du patriarcat est la cathédrale Saint-Jacques qui date du XIIe siècle et est située au sein du monastère homonyme. Le « Patriarche arménien du trône apostolique de saint Jacques de Jérusalem » y réside dans le quartier arménien de la vieille ville de Jérusalem. Le titulaire actuel est S. B. Nourhan Ier Manougian depuis le 24 janvier 2013.