Vartan Mamigonian et ses compagnons

 

Saint Vartan est considéré comme l'un des plus célèbres héros du peuple arménien. Avec ses compagnons, composés d’une bande de courageux soldats arméniens et des membres du clergé  il a  résisté à l'armée perse, beaucoup plus puissante .  Tous  ont sacrifié leur vie pour défendre leur foi, la foi chrétienne. La célèbre bataille a eu lieu le 26 mai 451 sur les plaines d’Avarayr, dans la province d’Artaz en Arménie.

 

Très peu de détails biographiques existent sur l'enfance de Saint Vartan. Toutefois, diverses sources confirment sa noble lignée. Son père, Hamazasp, était le Sparapet, ou commandant en chef de l'Arménie. Il était le petit-fils de Saint Sahag, descendant de Saint Nérsés, et, finalement, sa généalogie remonte  jusqu'à Saint Grégoire l'Illuminateur.

Saint-Vartan a reçu une bonne éducation, probablement par son grand-père, le Catholicos Sahag. Au lieu d'entrer dans le sacerdoce en suivant l’exemple des membres de sa famille, il a préféré devenir un soldat. Le dévouement de Saint Vartan à sa patrie avait comme source sa foi chrétienne. Il croyait qu'on ne pouvait  pas servir son peuple sans servir en même temps le Christ.

 

Saint Vartan est considéré comme le digne représentant et le chef du clan Mamikonian, qui, dans la succession des rois arméniens, tient la cinquième position. Il était respecté aussi bien par le roi de Perse que le commandant en chef des armées arméniennes.  Les Perses qui occupaient différentes régions arméniennes avaient, dans un premier temps, permis aux Arméniens de conserver leurs propres règles et pratiques religieuses. Toutefois, en raison de l’adhésion massive des Arméniens  au christianisme et de leur zèle, la  religion persane, à savoir le Zoroastrisme, une religion païenne,  les Perses ont réagi.  La situation politique en Arménie au cours de la moitié du 5ème siècle rendit donc la pratique de la foi chrétienne de plus en plus difficile.

 

Le souverain perse, le roi Yazdigerd II, était un homme impitoyable et  farouchement opposé au christianisme. Il était particulièrement cruel envers  les Arméniens. Il a imposé des taxes injustes et a voulu, par un décret, contraindre les Arméniens d’abandonner leur foi pour se convertir au zoroastrisme et à respecter et pratiquer  son culte du feu. Les évêques arméniens, menés par Saint Léonce et Saint Vartan, ont  aussitôt convoqué  un conseil à Ardashad. A l’issue de ce conseil ils ont décidé à l'unanimité de défendre leur foi à tout prix. Ils ont envoyé leur déclaration de foi au roi perse. Furieux, ce dernier a multiplié les menaces et les mises en garde.

 

Courageux, les chrétiens  menés par Saint Vartan n’ont pas reculé devant les menaces du roi perse . De nombreux contes décrivent la foi inébranlable de ces guerriers chrétiens qui se préparaient à une bataille inégalitaire. Alors qu'ils attendaient l’attaque de la puissante armée perse, ils se fortifiaient par la prière, la lecture des psaumes, notamment le psaume 23. Ils ont communié avant la bataille et partagé leur repas. La bataille fut sanglante et les témoins de l’époque la qualifient d’horrible. Saint Vartan et la grande majorité de l’armée arménienne ont péri lors de cette bataille mais c’était leurs corps, pas leur foi, qui étaient vaincus. Leur résistance n’a donc pas été inutile puisque les Perses ont cessé d’imposer  aux Arméniens le zoroastrisme.

 

La fête de Vartanantz, commémorée le jeudi précédant le Grand Carême, est une fête à la fois religieuse  et nationale. Elle est un symbole de la conscience, de la foi, et de la rébellion générale des Arméniens contre le paganisme et la tyrannie, et de leurs efforts pour préserver leur identité et leur liberté. Bien que Saint Vartan, en tant que leader et patriote émerge comme la figure la plus vénérée, l’on commémore aussi en ce jour  plus de 1036  commandants, prêtres, et simples soldats  comme des martyrs. Dans toute la diaspora arménienne de nombreuses églises ont été nommées d'après le héros de Vartanantz, dont la cathédrale arménienne Saint Vartan de New York. A Erevan, une statue équestre, très inspirée, de Saint Vartan symbolise, dans l’artère principale où elle est érigée, la présence du saint dans la vie des Arméniens d’aujourd’hui.

.